︎︎ ︎︎︎

true stories and inspiration
from creative women
challenging the status quo



︎  ︎  ︎



About
Your favorite platforms
Transcripts
Private View Podcast
Contact︎Collaborate



︎︎︎ Subscribe to the newsletter



With the support of








︎︎






French Kiss Detour

Fluidity of Gender, the Fluidity of Art
La fluidité du genre, la fluidité de l’art


Soon available in english!
Round table series
artgenève art fair
march 2022


episode 35
Mar 6 2022 at 3 pm


︎


À propos de nos invité.e.s


Véronique Caye, artiste, France




Metteure en scène et vidéaste, Véronique Caye est diplômée en art à l’université Paris VIII, formée à la Fémis et au College Teatro de la Biennale de Venise auprès de Romeo Castellucci. Elle explore le médium vidéo par une utilisation multiple du support –spectacles, performances, scénographies visuelles, vidéos, photographies, installations et transmission. À travers de nombreuses performances et vidéos en France, en Europe et au Japon, elle développe une dramaturgie de l’image qui laisse toujours le poème dominer le médium. Tout entière, l'entreprise artistique de Véronique Caye se rassemble autour d'une obsession, celle de la vera icona, l'« image vraie », de l'image qui devient le vrai, écrit Paul Ardenne. Elle est l’auteure de Vera Icona, Abécédaire de l’image scène (Hématomes Éditions, 2021). Son travail vidéo « hors scène » est présenté à la Galerie Analix Forever Genève en 2021 dans une exposition personnelle intitulée HORIZON et accompagnée d’un livre éponyme de Paul Ardenne et Barbara Polla (Editions Hématomes en 2021).

Website



Angela Marzullo, artiste, CH/IT



Diplômée à la HEAD, Angela Marzullo est une artiste féministe radicale, vidéaste et performeuse. Dès ses premières œuvres, Angela Marzullo n’a cessé d’explorer le féminisme non seulement comme un fil conducteur de son art, mais de sa vie tout court à l’instar des avant-gardes qui ne connaissaient pas de séparation entre les deux. Avec son alter ego, Makita, l’artiste endosse tour à tour le rôle de l’intellectuelle féministe, de la sorcière, ou encore celui de la mère de famille engagée politiquement.
Angela Marzullo s’intéresse également aux questions de genre et s’interroge sur les limites du politiquement correct tout en renversant les codes du genre. En 2004, dans sa performance filmée Mi scappa la pipì (littéralement Moi je dois faire pipi), l’artiste se met en scène en train d'uriner sur la place des Nations unies à Genève et dans les allées clôturées attenantes.


Website


Victoria Mühlig, historienne de l’art, curatrice et conservatrice au Musée d’art de Pully, Suisse



Diplômée d’un master en histoire de l’art et esthétique du cinéma ainsi que d’un master en Management public à l’Institut des hautes études d’administration publique (UNIL), Victoria Mühlig est conservatrice au Musée d’art de Pully, où elle est responsable des expositions de photographie et d’art contemporain ainsi que d’événements transdisciplinaires.

Entre 2014 et 2017, elle a travaillé au Musée d’art du Valais, où elle a été commissaire d’exposition pour le Prix culture Manor Valais et en charge d’expositions d’art contemporain. Co-Salonnière du Salon Suisse de la Biennale de Venise en 2019, elle a co-organisé le programme de performances et de conférences de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia prenant place à Venise. Membre du comité de near, association suisse pour la photographie contemporaine, elle curate des événements en lien avec la photographie contemporaine. Victoria Mühlig est également membre de commissions culturelles et de jurys pour plusieurs bourses et Prix d'art en Suisse.

En 2022, elle est commissaire de l’exposition La Belle Époque de l’Art nouveau. Au temps de Bonnard et Mucha présentée au Musée d’art de Pully. Ce projet aborde, entre autres, la question de la représentation ambivalente de la femme à la Belle Epoque. Actuellement, elle travaille sur le catalogue et l’exposition monographique du photographe suisse Matthieu Gafsou. Parallèlement, elle met en place un fonds photographique qui réunit plus de cent photographes pour le compte de l’association near. Victoria Mühlig collabore régulièrement avec plusieurs institutions à la rédaction de notices scientifiques et participe à des conférences en lien avec ses recherches sur la représentation des marges et des dissidences sociales dans l’art.



Barbara Polla, autrice, commissaire d’expositions indépendante et galeriste, Suisse



Médecin de formation, chercheuse, politicienne, Barbara Polla fonde en 1991 la galerie Analix Forever dans l'ancien laboratoire d'analyse chimique et criminologique de son oncle et devient aussi commissaire d’expositions indépendante et autrice de nombreux essais et romans. En tant que commissaire et galeriste, elle expose souvent des œuvres d'art non conventionnelles, crée des projets auxquels elle associe des artistes de renom et des talents émergents.

Elle a enseigné l'écriture créative et critique à la HEAD, est une blogueuse active, et publie des essais sur le genre, des livres sur l'art, des fictions personnelles et de la poésie. Parmi ses publications traitant la question de la fluidité, on trouve notamment Éloge de l’érection (2016), où elle parle de l’érection comme d’un phénomène au-delà du genre, ainsi que Femmes Hors Normes (2017) et bien sûr Incertaine Identité qui, écrit en 1994, fait partie des ouvrages pionniers sur ces questions. Barbara Polla traite également de la fluidité des êtres dans la série JE SUIS… 


Analix Forever Gallery
Barbara’s Blog
Je Suis I am






Listen ︎ on Apple Podcasts
Listen ︎︎︎ on your favorite platform



avec

Véronique Caye, artiste, FR
Angela Marzullo, artiste, CH
Barbara Polla, autrice, commissaire d’expositions indépendante et galeriste, Suisse
Victoria Mühlig, conservatrice au Musée d’art de Pully, CH


« Et peut-être les sexes sont-ils plus parents qu’on ne croit, et le grand renouvellement du monde consistera peut-être en ce que l’homme et la jeune fille, libérés de tout sentiment erroné et de toute répugnance, ne se chercheront plus comme des contraires, mais comme frère et sœur, et comme voisins, et se réuniront en tant qu’êtres humains pour porter ensemble, avec simplicité, sérieux et patience, ce que le sexe a de grave, et qui leur est imposé. »
Rainer Maria Rilke



La fluidité du genre est une revendication majeure des artistes d’aujourd’hui, hommes comme femmes. Ne pas se laisser définir par son seul sexe, explorer d’autres possibles, d’autres définitions, d’autres indéfinitions. Le mouvement arc-en-ciel, LGBTIQA+, à l’intersection des féminismes et des humanismes, valorise l’ensemble des goûts et des préférences de sexe et de genre choisis de manière individuelle et autonome. La nébuleuse artistique embrasse à bras le corps la pluralité, mille manières d’être femme ou homme ou autre, ou tout à la fois. La fluidité vue, représentée, vécue par les artistes s’oppose souvent de manière frontale aux rigidités sociétales, parfois aussi de manière ludique.

De Cindy Shermann à Emilie Jouvet, la fluidité du genre est avant tout une appropriation mentale. Il s’agit, notamment pour nous, femmes, artistes, d’investir tous les territoires et de jouer à qui change gagne. La diversité des genres, leur multiplicité et toutes les possibilités de passage qui existent entre eux, leur éventuel effacement, leur indétermination, sont une richesse que nous choyons précieusement. La fluidité du genre, telle que la représentent les artistes ? C’est la possibilité de choisir son genre à chaque instant, de ne jamais être assigné à résidence ; la possibilité de se déplacer le long de la frontière, de tourte frontière, en toute liberté. C’est Chloé Maillet et Louise Hervé. Ce sont les argonautes de Maggie Nelson.


Texte de Barbara Polla
autrice, commissaire d’expositions indépendante et galeriste

            ︎

︎︎︎ previous story
artgenève table ronde

Sexisme,
Discrimination Positive
et Qualité Artistique